-10% pour tout achat sur le site
500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
YOKO, Tadanori

Yoko Tadanori zenshu. The complete Tadanori Yokoo

[Kyoto], Kodansha, [1971]

TADANORI YOKO EST CONSIDÉRÉ COMME LE ANDY WARHOL JAPONAIS.

MAGNIFIQUE LIVRE ILLUSTRÉ DE PHOTOGRAPHIES, ÉROTIQUES OU ÉTRANGES, OÙ DOMINE LE ROUGE.

EN PARFAIT ÉTAT DANS SON ÉTUI D’ORIGINE, AUSSI NEUF ET PROPRE QU’UN SOU

ÉDITION ORIGINALE ILLUSTRÉE. Texte de Tadanori Yokoo, en anglais, à la p. 299 : “About this book”


In-4 (210 x 151mm)

COLLATION : 

318 pp. 5 ff. n. ch., certaines pages se déplient


BROCHÉ sous sa couverture originale illustrée. Étui illustré d’origine


“D'abord graphiste, Tadanori Yoko, né en 1936, a beaucoup travaillé pour Yukio Mishima et Issey Miyake dont il a fait les cartons d'invitations pour ses défilés. En 1981, il déclare vouloir désormais se consacrer à la peinture et stopper la réalisation de travaux de commandes. Il continue cependant à utiliser des techniques japonaises relevant plus du design graphique que de la peinture, reprenant les couleurs exubérantes des « images du monde flottant » (ukiyo-e), ou utilisant la surimpression, technique issue du monde de la photographie. Yokoo conjugue sa connaissance des techniques et des œuvres contemporaines occidentales (il fait de Francis Picabia son modèle et possède un savoir très précis en ce qui concerne l’histoire de l'art européen, depuis la Renaissance jusqu’aux surréalistes) avec un héritage japonais très important. Ses œuvres empruntent ainsi autant à Warhol, aux constructivistes russes, aux réclames américaines des années 1950 qu’à Utagawa, Hiroshige ou encore Hokusai… mais aussi à Magritte pour son éloge du rêve et à Bruegel pour son érotisme. Il utilise en abondance la couleur rouge qui d'ailleurs en Extrême-Orient est la couleur noble par excellence, la couleur du pouvoir et de l'empereur. C'est aussi la couleur de la vie, de la mort et de la sexualité, par le sang qu'elle symbolise. Il fait parler toute la violence qu'il a en lui, et semble faire apparaître, à travers la représentation constante de la naissance, son propre traumatisme d'être né.” (Wikipédia).

À Kobé, un musée est consacré à ce graphiste de génie, le Yokoo Tadanori Museum of Contemporary Art.