-10% pour tout achat sur le site
2500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
ROËTTIERS, François

[Les Quatre Eléments]. Jacobo tertio Magnae Britanniae Regi Dicat et consecrat Humillimus et obsequentissimis servus et subditus Franciscus Roëttiers primus Magnae Britanniae Regis delineator

Paris, Chez F. Roëttiers à l’Hôtel Royale des Monnoyes, 1705

PETITE MERVEILLE JACOBITE DE GRANDE RARETÉ.
UNE SUITE DE GRAVURES EXÉCUTÉE PAR FRANÇOIS ROETTIERS POUR SON ROI, JACQUES III D’ANGLETERRE, ALORS EN EXIL AU CHÂTEAU DE SAINT-GERMAIN

ÉDITION ORIGINALE

Petit in-folio oblong (346 x 266mm). Relié à la fin de l’album
ILLUSTRATION : 5 planches dont le titre gravées par C. Simonneau en 1705 d’après les dessins que F. Roëttiers réalisa à l’âge de 21 ans comme le précise le titre (Aetatis 21). Elles représentent l’Eau (numéroté 2), la Terre (3), le Feu (4), l’Air (5)

PIÈCES JOINTES :
1 portrait gravé de Gaston d’Orléans (463 x 170mm) ;
18 planches par Jean Lepautre gravées par Le Blond, de format oblong, formant sans doute trois suites de six planches sans aucun titre, la première étant une Frise représentant des scènes de combats (”se vendent chez Le Blond à Paris rue St Denis à la Cloche d’Argent”), la deuxième suite de six planches sans titre, à la même adresse, représente une frise ornée de satires, centaures, tritons, naïades et petits amours, et autres combats marins ou terrestres, la troisième suite aussi gravée par Le Blond représente de grands panneaux verticaux dont une planche dédiée à “Monsr le Gras” a été exécutée par Adam Phlippon, menuisier qui fut le maître de Jean Lepautre (D. Guilmard, I, p. 55) ;
Zacharie Heince (1611-1663), Frises représentant des Tritons et des Naïades gravées par Le Blond, 11 planches (sur 12), cf. D. Guilmard, I, p. 52, n° 62 et Berlin Katalog, 4327 (en second état avec l’adresse de Le Blond)

Cette suite de François Roëttiers (1682-1742) est d’une très grande rareté. Elle manque au Berlin Katalog, à la British Library ou au Getty Museum. Elle ne se retrouve dans aucune des grandes collections publiques. Nous n’en connaissons qu’un seul autre exemplaire, dans le commerce, celui relié pour la reine Marie, femme de Jacques II, née Princesse de Modène et mère de Jacques III.

Ces Quatre Éléments sont dédiés à Jacques III d’Angleterre, roi sans royaume, appelé le “Old Pretender”. Le fils de Jacques II passa sa vie en exil, d’abord au château de Saint-Germain prêté par Louis XIV puis à Rome où le Pape le logea. F. Roëttiers appartenait à une grande dynastie anversoise de graveurs en médailles. En 1661, Charles II Stuart attacha à sa Cour son grand-père John Roëttiers et son frère Philippe. Leur religion catholique avait dû faciliter un tel recrutement. Il les intégra aussitôt au célèbre Royal Mint, la manufacture royale chargée de la gravure en médailles. F. Roëttiers est donc né en Angleterre où son père, un autre Philippe Roëttiers, travaillait aussi pour la couronne. Lors de la réalisation de cette suite, il a vingt-et-un ans et se dit “premier dessinateur” du roi exilé, qu’il a suivi. Ses talents le conduisirent ensuite à la Cour de Bavière et à Vienne où il dirigea l’Académie des Beaux-Arts.

BIBLIOGRAPHIE : J. Bingen, Les Roëttiers, graveurs en médaille des Pays-Bas méridionaux, Brussels, 1952

Quelques taches sur la planche de l’Eau