-10% pour tout achat sur le site
500 - 800 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Carte autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

06 October 2022

“JE REJOINS LE CAMP VOISIN DE L’HÔPITAL”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-12 (131 x 102mm), encre bleue sur une carte postale militaire

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse. 22 rue Abel Guy 22. Jarnac (Charente)

[Au verso :]

Le 23 juillet 1940
Mon petit Mari-Zou chéri, j’ai reçu hier une carte de ta tante Raymonde en réponse à un petit mot envoyé Avenue d’Orléans. Tu n’as donc rien reçu de moi ? Je t’ai écrit plusieurs fois, ma chérie, et n’ai pas cessé de penser à toi avec la tendresse que tu sais. Mon zou aimé, si tu savais comme je désire mon retour près de toi, retour qui sera cette fois définitif… n’est-ce pas, mon amour ? Je suis tout à fait remis de ma blessure et je rejoins le camp voisin de l’hôpital. Que te dire ? Que je t’aime infiniment. Ma vie se passe loin de toi mais je ne sais qu’une chose : notre tendresse. Elle me soutient et me compose un grand bonheur quotidien malgré toutes les difficultés extérieures. Dis à papa mon affection. Hier on nous a demandé notre profession et le nom de notre dernier employeur. J’espère bien qu’étant nécessaire à la bonne marche de la vinaigrerie, ainsi que je l’ai dit, chez mon cher employeur, mon père, j’aurai plus de chance de revenir plus tôt que si j’étais un de ces tristes étudiants en droit qui sont parfaitement inutiles à la nation ! De même, Papa fera bien de me réclamer pour la bonne marche de ses affaires. Dis-le lui. De plus, ayant été compté comme réserviste de la classe 36, je serai peut-être libéré avant ceux d’active, les malheureux des classes 37, 38 et 39 ! Papa pourra se renseigner au bureau de recrutement et dire que je suis bien vivant et que j’attends impatiemment le retour de la classe 36. Mon amour chéri, je t’adore. Si tu lis un jour toutes les lettres qui se promènent actuellement, tu verras que mon amour est égal à ce qu’il fut, c’est-à-dire, chérie chérie, absolu. Je t’embrasse mon Zou chéri.

François