Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Carte autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

22 May 2022

“MA BLESSURE ME GÊNE UN PEU CAR J’AI GARDÉ L’ÉCLAT”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-12 (140 x 190mm), crayon papier, carte à en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse. 22 rue Abel Guy 22. Jarnac (Charente). F. Mitterrand, Sgt-chef. Camp des prisonniers de guerre français, quartier Beaulieu, Lunéville, M-et-Moselle.

[Verso :]
Le 28/7/1940
Mon petit Zou chéri, je t’écris souvent, mais je ne crois pas que beaucoup de mes cartes te parviennent. J’ai reçu ta première lettre, du 17. Quelle joie pour moi, quelle provision de patience, ma chérie, chaque fois que je reçois des preuves de ton amour. Je m’ennuie de toi. Tout est triste et interminable sans toi. Mais je te le répète, je sais que tu m’attends et suis fort en raison de cela. Écris-moi souvent : si tu savais comme tu combles ma solitude. Raconte-moi ce que tu fais, tes pensées, tout ce qui te concerne. J’ai écrit à papa et Colette. Ont-ils reçu mes cartes ? J’ai reçu la lettre de papa. Où sont Jacques et Robert et Pierre Sarrazin ? Ma seule pensée : te revoir. Maintenant, notre prochaine réunion sera définitive, n’est-ce pas mon grand amour ? Et c’est si grave, si splendide. Ma blessure me gêne un peu car j’ai gardé l’éclat, mais je vais bien. Je puis lire et cela sauve bien des heures. Surtout je pense à toi, comme au premier jour de notre séparation. Je t’aime et cela explique tout. Le temps n’y fait rien, ni la séparation. À mon retour il me faudra trouver une situation : que papa s’en occupe en mon absence. Rappelle-le-lui, ma chérie.

Au revoir mon aimée. J’attends impatiemment quelque chose de toi. Je recevrai avec plaisir argent et colis dès que possible (des petits colis). Mon Zou très chéri, je te redis tout ce que tu sais et je t’embrasse comme il est si triste de ne le pouvoir.

François