Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

LE 9 MAI 1940 : FRANÇOIS MITTERRAND RÊVE ENCORE D’AMOUR.

“LE FOULARD EST-IL VERT COMME JE L’AVAIS PRESCRIT ?”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

3 pp. in-8 (179 x 132mm), encre noire

CONTENU : 

Le 9 mai 1940

Ma toute petite pêche aimée, voici une lette que je dois écrire en vitesse car il est sept heures et le courrier pat dans 30 minutes. Ce matin, j’ai été occupé par le service et cet après-midi, j’ai transcrit, achevé l’esquisse jointe. J’ai reçu ta lettre de ce soir, écrite pendant un cours. C’est vrai que c’est amusant que tu sois une petite écolière, une jolie écolière qui joue à l’amoureuse parfois (ou une délicieuse amoureuse qui joue à l’écolière ?). Quand tu voyages en vélo de Valmondois à l’Isle-Adam, penses-tu à moi ? Et pendant ton travail ? Mon adorable fiancée, tu es une petite femme merveilleuse. Sais-tu que je suis amoureux de toi ? Cela ne te fâche pas que je sois amoureux de toi parce que tu es ravissante ? Rassure toi, je ne t’aime pas que pour ça ! Mais ça n’empêche pas que tu sois ravissante… Le foulard est-il vert comme je l’avais prescrit ? Si oui, tu me rendras si fou avec ce vert sur tes cheveux blonds que je mourrai d’envie de t’embrasser tout le temps. Je crois même qu’il n’y aura pas besoin du foulard…

Quand je serai en permission, nous irons nous promener tous les deux sur la rivière (l’Oise ou la Charente) ; tu m’oublieras une fois de plus déguisée en ondine. Aurai-je l’autorisation d’embrasser ce dos, la plus belle réussite d’une délicieuse réussite…  ? Ce sera doux de te couvrir de caresses, mon amour ; les aimeras-tu toutes mes caresses. Tu sais, elles naîtront d’une tendresse infinie, d’un immense désir, elles seront l’expression émerveillée de mon amour pour toi. Les espères-tu un tout petit peu, bien que tu sois un bout de Zou très froid, très insensible et tout à fait inintéressant ?

Chérie chérie, quelles merveilles nous attendent ? Pourquoi ta peau est-elle si douce ? C’est ta faute aussi si elle m’enivre jusqu’à troubler une raison pourtant solide. Mais c’est tellement mieux comme ça ! Tant pis (tant mieux) si je puis un instant oublier cette raison et t’aimer comme je le voudrais tant. Enfin, tout de même, le mariage sera le bienvenu, ma petite fille adorée, qui nous permettra de remiser cette raison de malheur dans le magasin des accessoires inutiles ! Mais alors, petit Zou chéri, nous nous aimerons “à ne pas le croire !” (et toi, m’aimeras-tu follement ? désires-tu un tout petit peu être à moi, toute à moi ?). Ô chérie, je t’adore. Je crois que nous sommes d’accord sur un point : notre seul et inouï bonheur sera d’être totalement l’un à l’autre. Alors vite ! Bonsoir ma pêche chérie. Me donnes-tu tes lèvres comme je l’aime, et tout ce que je veux ? Je tâcherai d’être patient ! Mais je t’adore. En tout cas, je prends ma “place réservée”, c’est si doux de te sentir vivre et de t’aimer ainsi.

François