Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
800 - 1200 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

CAMPAGNE DE FRANCE (7). LES ALLEMANDS SONT À BRUXELLES LE 17 MAI ET À ANVERS LE 18.

“J’AI TOUT PERDU, SAUF MES CARTOUCHES. PLUS D’AFFAIRES, ET SURTOUT TES LETTRES”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (220 x 170 mm), encre bleue, papier quadrillé

CONTENU : 

Le 18 mai 1940

Ma Marie-Louise adorée,

Voici combien de jours que je ne t’ai écrit ? J’ai dû chercher longuement avant de retrouver la date de ce jour : 18 mai. Ce que j’ai vécu, je ne puis guère te le raconter. Tu as dû voir les journaux et reconnaître à peu près ma situation. Je reviens sain et sauf jusque-là, le dois-je à tes prières ? Chérie, continue alors de le faire avec ferveur. Je t’aime, je t’adore. Mon seul amour, mon grand amour : quelle image belle, ravissante tu es pour moi parmi ce qui est ma vie. Ô je t’aime. J’ai tellement hâte de te retrouver.

Que fais-tu ? Que deviens-tu ? Es-tu à Valmondois ? Depuis cinq jours coupé du monde, je n’ai pas eu de lettre de toi. Et cela se comprend. Je n’ai vu âme qui vive, hors mes hommes, dans un combat face à face avec des Allemands. Mais je sais bien sûr que tu m’as écrit, que ta pensée et ton amour veillent sur moi. Nous subissons un choc évidemment brutal. Nous tenons. Mais tu imagines ce que cela représente.

Chéri, mon amour, je t’aime. Mon petit Zou, heureusement que je t’ai. Je suis triste : ayant dû me replier tout en défendant nos positions, j’ai tout perdu, sauf mes cartouches. Plus d’affaires et surtout : tes lettres. Que vont-elles devenir ? Il me reste ce que j’ai sur moi ! Enfin, j’espère que tu m’écriras plus tard un stock encore plus important de ces lettres qui sont tant pour moi. Chérie chérie, souris-moi de ce joli sourire que j’aime. Et je t’embrasse avec amour, cet amour qu’on ne peut évaluer… Quand te reverrai-je ? Comme j’ai besoin de toi, mon amour chéri. Je pense à toi sans cesse et pourtant je vis des événements tellement bouleversants que tout semble s’être évanoui hors la minute présente. Mais toi, tu subsistes toujours aussi essentielle : ma Bien-Aimée. Raconte-moi longuement dans tes lettres ta vie, tes occupations. Surtout prie instamment, intercède pour moi, tu es ma sauvegarde.

Mon petit Zou aimé, j’ai tout de même conservé fidèlement ta photo : elle m’accompagne partout. Je ne peux à peu près rien te dire de notre situation ici. Mais sache que si c’est dur, je veux conserver un bon moral. Je t’aime. Je m’arrête. Je ferai tout pour t’écrire très souvent, si possible tous les jours. Je t’embrasse, mon amour, et te donne de tendres baisers. Je t’aime.

François