Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
800 - 1200 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

CAMPAGNE DE FRANCE (11).

“TES LETTRES SONT LE SEUL BONHEUR DE MES JOURNÉES INHUMAINES”

“J’AI SAUVÉ MA MONTRE, MON STYLO, L’APPAREIL PHOTO, TA PHOTO DE JARNAC, L’IMITATION DE J[ÉSUS].-C[HRIST], MES JUMELLES. ET PUIS MA VIE… ”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-12 (209 x 136 mm), crayon, papier quadrillé

CONTENU : 

Ma petite fiancée chérie, pas de lettre de toi ce soir. Je suis triste infiniment. Pourquoi m’as-tu abandonné. Sais-tu que tes lettres sont le seul bonheur de mes journées inhumaines, faites de tâches qui me répugnent, me peinent. Je ne t’ai peut-être pas écrit des lettres aussi tendres qu’autrefois, mais cela s’explique uniquement par la précipitation dans laquelle je vis chaque fois que je dois m’occuper de mes affaires personnelles. Je t’aime, chérie, et j’ai besoin de toi. Je souffre à cause de toi, car je t’adore et ne puis te dire, te raconter, te caresser de ma tendresse. Oui, tu avais raison l’autre jour de me demander de continuer notre correspondance sur le même ton, puisque notre Amour passe avant tout. Je t’aime, mon joli Zou aimé. Tu dois être si belle par ce mois de mai, avec le printemps et le soleil. Restes-tu à Valmondois ? Raconte-moi toujours tes histoires d’écolière. T’amuses-tu un peu ? Sors-tu ? Et avec qui ? Je voudrais avec toi ramer sur l’Oise, vivre avec toi tous les plaisirs que tu as vécus là et en beaucoup mieux (c’est un souhait !). Et tes photos ? Elles ne viennent pas vites ces cartes postales messagères de mon petit Zou ! Est-ce une conséquence de la guerre aussi ?

Ô je t’aime, mon amour chéri. Je prends tes lèvres si douces. Tu me les donnes ? Comme c’est bon de t’aimer. Cette nuit, une fois de plus, je n’ai pas dormi. Cela devient une habitude ! Quand donc viendront nos nuits, ma très aimée ? Nos belles nuits qu’il n’est pas difficile d’imaginer merveilleuses… Ma jolie chérie, ma ravissante, “ma rose trémière”, j’ai hâte de posséder une petite femme qui se nommerait comme toi, et porterait sur son visage le même sourire que le tien, qui te ressemblerait enfin exactement. Je serai l’homme le plus fier du monde quand nous serons mariés : j’aurai sans aucun doute la femme la plus délicieuse du monde ! Quelle reconnaissance nous devrons avoir à [celui ?] qui nous accordera la [vie]. Notre vie à nous deux. Mon amour de petit Zou, si tu savais quelle force tu me donnes. Quelle qu’ait été ma situation, je n’ai jamais désespéré à cause de toi. Notre amour est la racine de tout. Je t’adore.

Penses-tu souvent à moi ? Je l’espère ! Je crois que tu dois être inquiète en cet instant, car cinq jours durant je n’ai pu t’écrire. Surtout car je fais mon possible pour t’écrire quotidiennement. Marie Zou chérie, iras-tu bientôt à Jarnac ? L’avance allemande me tourmente. Et à aucun prix tu ne dois risquer d’être embouteillée dans une zone occupée. Je t’ai dit que cerné, j’ai dû sortir des mains des Allemands en laissant mes bagages. J’ai une grande peine à cause de tes lettres, cela me fait mal de penser que d’autres que moi les toucheront peut-être. Mais l’Amour mis en elles n’est pas perdu. Tout est inscrit en mon cœur. Toutefois, chérie, répète-moi toutes les merveilles que j’aime tant lire. Je t’aime. Je t’embrasse à ma place réservée. Mais, chérie chérie, sois bien vite ma femme pour que nous vivions ensemble la joie incomparable de l’amour vrai, tel que nous le rêvons, voulons. Bonsoir chérie, je t’aime.

François

[Apostille placée au début de la lettre :] Du “Désastre” ( !), j’ai sauvé ma montre, mon stylo, l’appareil photo, ta photo de Jarnac, L’Imitation de J[ésus].-C[hrist]., mes jumelles. Et puis Ma Vie… Mais je n’avais pas le droit de la perdre puisque c’est à toi qu’elle appartient, mon Zou chéri.