Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

06 July 2022

CAMPAGNE DE FRANCE (26).

“PARFOIS JE T’IMAGINE DANS MON GOURBI : TROU DANS LA TERRE ASSEZ PIERREUSE DU SOUS-BOIS… LE TOIT EST FAIT DE TRONCS D’ARBRES SURMONTÉS D’UN BON REVÊTEMENT DE TERRE”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (210 x 135 mm), encre bleue

CONTENU : 

Le 5 juin 1940

Mon amour chéri, ce matin deux lettres de toi : celles du 1 (mise à Bordeaux) et du 2. Elles sont merveilleuses : elles me disent que tu m’aimes. Aujourd’hui, calme après nuit sillonnée d’obus (surtout français). Cet après-midi, je suis allé reconnaître nos nouvelles positions de combat, proches des anciennes, moins exposées toutefois.

Je ne t’écrirai ce soir, chérie, qu’un petit message. Je rentre et il est huit heures. La courrier va partir. Il fait chaud, clair, début d’été. Tout serait splendide avec toi. Parfois je t’imagine dans mon gourbi : trou dans la terre assez pierreuse du sous-bois. Nous logeons à deux : mon chef de section et moi. Le toit est fait de troncs d’arbres surmontés d’un bon revêtement de terre. Un bout de bois planté dans un flanc maintient une bougie. Un boyau étroit sert d’accès : il faut entrer à quatre pattes. Je couche là tout habillé, ma capote et 2 couvertures me servant de draps. Et je rêve à toi ainsi enfoncé dans la terre, perdu dans un bois. Ce serait doux de t’avoir là ! Mais tu serais sans doute étonnée, ma petite chérie habituée au confort. Quand même, je crois que nous nous aimerions bien si nous pouvions nous étendre là ensemble, puis dormir l’un contre l’autre. Ma petite femme, mon amour, pardonne-moi ce rêve inconfortable : ne t’inquiète pas, nous nous aimerons encore mieux et je me referai parfaitement à la vie civilisée ! Et je préférerai ma petite femme dans une belle chambre, aussi belle que nos amours. (Et puis, après tout, on s’en fichera du décor, n’est-ce pas chérie ? Il y aura toi et il y aura moi. Ça suffira pour faire un grand bonheur).

Mon tout petit Marie Zou chéri, je t’embrasse longuement toujours à ma place réservée : c’est si doux, si délicieux de t’aimer, de te caresser, de t’adorer. Et comme chaque soir, je prends ta bouche si bien faite pour moi, ma chérie, puisque tu es la plus merveilleuse des petites filles amoureuses, et que moi je t’adore.

François