Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
1500 - 2000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

“QUE TOUS M’ÉCRIVENT !”

“J’AI ÉTÉ BLESSÉ À VERDUN DEVANT LA FAMEUSE COTE 304 PAR UN OBUS DE CHAR PENDANT UN DUR COMBAT D’INFANTERIE”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (282 x 148mm), au crayon. Papier à en-tête du Kriegsgefangenenpost. Cachet du Stalag IXC. Cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans 14 arrt France. [Expéditeur] Mitterrand François 21716, 1515

[Verso :]
Le 15 octobre 1940. Ma Marie Zou très chérie, je t’ai écrit une autre lettre le 13 mais c’est encore à toi que je veux adresser celle-ci car toutes mes pensées vont vers toi. Je t’adore mon amour. À travers les mots, je te supplie de comprendre ma tendresse extrême. Donne à Papa de mes nouvelles. Je vais faire une demande faisant état de l’incapacité de travail causée par ma blessure puisque j’ai l’épaule rouillée, et de la possibilité où je suis de reprendre ma situation chez mon père, président d’un important groupement de fabricants, et ce en zone occupée. Inutile ici, je serais très utile chez moi. Dis-le à ton père et au mien de manière à ce qu’il interviennent de leur côté dans ce but légitime. J’ai été blessé devant Verdun, à la fameuse cote 304, par un obus de char pendant un dur combat d’infanterie, et pris à l’hôpital de Bruyère (Vosges) le 22 juin. On n’a pas extrait mon éclat, mal placé, et tout travail manuel m’est rendu pénible, sinon impossible. Dis à tous ceux de Jarnac mon affection. Qu’ils m’écrivent même sans recevoir de réponses, car c’est à toi qu’elles iront ! J’aimerais avoir des nouvelles de Lise Buard, Clairette Sarrazin, Jean Herpin, Jacques Marot (18 rue Yvers, Niort), et du 104. Vois le Père O’Reilly, son directeur. Et d’Édith, son enfant ? Je me mets parfois à la place de Robert et rêve à ma joie si j’étais près de ma femme chérie, si nous attendions un enfant. Et Jacques. Que tous m’écrivent ! Donne-moi l’adresse de Dalle et Dayan. Si tu peux leur écrire, dis leur mon amitié fidèle. Un de mes camarades a été fait prisonnier avec le Commandant Cahier à St-Valéry-en-Caux. Il était sain et sauf. J’ai reçu une lettre de ton père, et j’en suis très touché. Que fait-il ? Et ta mère, tes frères ? Je pense bien souvent à eux. Peut-on m’envoyer des livres par Genève ? As-tu conservé mes quelques papiers ? J’espère un bon pullover et tout lainage, gants etc. Mon amour chéri, je vis de nos souvenirs et de nos projets. Soyons en parfaite union spirituelle et prions ensemble pour nous intensément. Je t’embrasse et t’aime comme en nos soirs merveilleux de mars, ma déesse chérie.

François