Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
300 - 500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

“RACONTE-MOI TA COIFFURE, TES ROBES, ENVOIE-MOI DES PHOTOS”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (289 x 147mm), crayon, en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag, cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans XIVe arrt, France. [Expéditeur :] Mitterrand François 21716, 1515

[Verso :] [… ] qu’elle te raconte exactement ce que je te disais le long de nos soirées de mars. T’en souviens-tu ? Pour moi, chaque minute de ces moments-là est vivante et je te répète comme autrefois que je t’aime. J’ai reçu ta lettre du 9 octobre, si merveilleuse. Tu vois, chérie, tout dans ma vie ne prend un sens qu’en raison de toi, et toujours, toujours il en sera ainsi. Je rêve si souvent à notre mariage, ma petite femme tant aimée, et tu es toujours si ravissante, ma petite déesse d’autrefois. Je pense souvent aussi à nos journées communes, à notre avenir commun, au rôle immense que tu joueras auprès de moi. Je crois que ton influence sur moi est et sera primordiale. Je n’envisage rien sans ta présence, ton assistance, ta tendresse. D’ailleurs, j’aurai rudement besoin de toi à tout instant de ma vie : corps et âme. Mon amour chéri, si tu peux m’attendre malgré ce calvaire que je t’impose. Quel bonheur sera le nôtre. Je suis déjà tellement touché de ta tendresse si fidèle, si douce, si proche. Les mots que ne peut contenir cette lettre brève, je te les dis car je t’aime et ni la distance ni le temps n’y feront rien : dès mon retour et sans tarder davantage, nous ferons notre vie à nous deux. Sois donc prête chérie chérie, car si j’arrivais tout d’un coup ! Ce serait une libération bien désirée ! Donne de mes nouvelles à mes amis. Dis mon affection à ta famille, aux Bouvyer. Que fais-tu ? Vas-tu à des cours ? À Valmondois ? Sors-tu ? Écris-moi bien souvent. Si tu savais ma joie ! Ma joie de lire ton amour comme autrefois, de t’entendre me dire je t’aime. Raconte-moi ta coiffure, tes robes, envoie-moi des photos. Prie beaucoup, vis d’une vie spirituelle : cela nous servira de lien. Je m’inquiète beaucoup pour Édith. J’ai grande affection pour elle. Et Robert ? Mon, Zou très chéri, je t’embrasse de tout mon amour. Comme j’ai hâte de t’avoir avec moi, ma très aimée.

François