Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
1000 - 1500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

“JE RECRÉE TOUTES NOS JOIES, ET JE SOUFFRE AUSSI DES PEINES QUE TU SAIS”.

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (269 x 147 mm), encre noire et crayon, lettre à en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag, cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans 5, XIVe arrt, Seine. France. [Expéditeur :] Mitterrand François, 21716

[Verso :] Le 3 juin 1941. Ma petite Marie-Louise chérie, tes cartes des 13 et 15 mai m’ont apporté un peu de toi-même et cela m’a fait un grand bien. Je continue de t’écrire chaque fois que cela m’est possible. Je me rappelle notre correspondance quotidienne. C’était si bon de pouvoir ainsi prolonger même imparfaitement notre intimité de Jarnac. Cela n’est plus possible, mais sois sûre ma bien aimée que je t’aime toujours aussi intensément que toujours, que je me prépare avec la même ferveur à notre vie commune. Toute ma vie reposera sur toi et je veux en échange te donner le meilleur de moi-même. Si tu savais comme je désire te rendre heureuse. Je puis revenir près de toi beaucoup plus intègre que tu ne le supposes. Et d’un seul coup, nous nous trouverons devant cet événement merveilleux, et si grave : notre mariage. Tu le sais, nous ne ferons notre bonheur qu’en réalisant l’équilibre de nos désirs. Totalement unis ma très chérie, il me semble que nous n’aurions de cesse de nous aimer plus complètement encore, corps et âme. Je n’envisage pas de progrès personnel sans une élévation incessante de notre union. Je voudrais posséder toutes les richesses du monde et tous les dons intérieurs pour te les offrir. Il m’arrive souvent de songer au passé. Je recrée toutes nos joies, et je souffre aussi des peines que tu sais. Et c’est pour cela en particulier que j’ai tant hâte de t’avoir enfin à moi, mon Zou adoré. Qu’il n’y ait plus entre nous que notre amour et les joies qui naîtront de lui. As-tu lu la Correspondance de Pierre et Mireille Dupouey (éditions du Cerf) ? Il paraît que c’est très beau, achète-la, lis-la et envoie-la moi. Je voudrais que nous unissions nos lectures. Rien de l’un ne doit rester étranger à l’autre. Je me demande parfois si cette année loin de moi ne t’a pas faite différente. Cela vient peut-être de ce que je ne puis imaginer tes robes, ta coiffure, tout ce domaine extérieur dans lequel tu vis. Pour moi, chérie chérie, si j’ai beaucoup évolué, seule en moi tu es restée intacte. Mon grand amour, écris-moi tout ce que tu veux pourvu que tu me dises que tu m’aimes. Envoie-moi des photos de toi, raconte-moi tes occupations, tes pensées, tes projets (les nôtres). Et si tu attends comme moi, avec une impatience folle,le moment où nous pourrons enfin retrouver nos baisers et nos caresses, et les vivre mieux encore, quel bonheur mon Zou très aimé, ma merveilleuse chérie. François