Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
2000 - 3000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

LA GRANDE DÉPRESSION DES PRISONNIERS / “NOUS SOMMES RAYÉS DE LA VIE ET PEUT-ÊTRE DU SOUVENIR”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (280 x 143 mm), encre bleue et crayon, lettre à en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag, cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans 5, XIV arrt, France. [Expéditeur :] François Mitterrand, 21716

[Verso :] Le 2 juillet 1941, Mon amour chéri, que les jours sont longs loin de toi. Je comprends combien ma vie serait vide si tu n’étais pas ma petite fiancée ; et plus tard, je sens que mon ambition reposera d’abord sur mon amour. Elle ne signifierait rien autrement. Je me rends compte, chérie, qu’il doit t’être beaucoup plus difficile de m’attendre puisque tu continues de vivre presque normalement. Et si tu savais comme j’enrage d’être muré ainsi. Par ce beau soir de juillet, il ferait si bon être auprès de toi. Nos baisers seraient si doux et les promesses de nos caresses si délicieuses. Mais je suis là. Tu n’es pas encore ma femme. Je suis cruellement privé de toi, et je me désespère de ces plaisirs, de cette joie, de cette paix qui sont en toi et en ton amour et que je ne possède pas. Heureusement que notre amour est plus fort que la tristesse, heureusement que nous pourrons puiser notre réconfort aux mêmes sources, notre amour et Dieu dans l’unité de notre croyance. Nous pourrons trouver la force de dompter notre impatience. Les nouvelles que nous avons de France sont pour nous bien déprimantes. Il est évidemment très agréable d’assister au grand steeple chase d’Auteuil ou à la réouverture d’une boite de nuit ! Nous sommes rayés de la vie et peut-être du souvenir, et cependant quelle immense misère : ces milliers d’hommes qui paient pour tous et se sentent abandonnés. Et de temps en temps, il arrive pour certains d’entre nous une brève lettre : la femme qui n’a pas pu attendre et a pourvu au remplacement, le père ou la mère qui meurt etc. Et ceci est notre pain quotidien. Imagines-tu, ma bien-aimée, l’épouvantable peine de ceux qui n’auront pas même la joie du retour ? J’éprouve une pitié profonde pour tous ceux-là. Comment leur venir en aide ? C’est une détresse sans secours. Et pour cela, je trouve que mon sort n’est pas dépourvu de consolations. Puisque je t’ai, ma courageuse, ma merveilleuse petite fille. Comprends-tu chérie, tu seras pour moi la vie dans sa beauté et sa douceur. Le don ineffable de toi-même sera pour moi tout le bonheur du monde. Ma femme chérie, ma femme adorée, je voudrais vivre pour t’offrir les plus douces caresses et le plus sûr soutien, puisque c’est ce que j’attends aussi de toi. J’avais retrouvé ici un vieux camarade d’autrefois. Il est parti libéré, te donnera de mes nouvelles. J’ai reçu tes 2 colis. Merci ma chérie mais il n’y avait pas tes photos tant espérées. Aie confiance. Il est si réconfortant pour moi de songer à ma fiancée. Tu es tout mon trésor, toute mon espérance, chérie, chérie. Je t’embrasse et je t’aime. Prie pour nous. Bientôt nous nous aimerons à notre gré. Tu pourras tout puisque je t’aime.
François