Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
500 - 800 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

DOUTES DE MARIE-LOUISE ET ENCOURAGEMENTS DE FRANÇOIS MITTERRAND

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (280 x 144 mm), encre bleue et crayon, lettre à en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag, cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans 5, XIVe, Seine, France. [Expéditeur :] François Mitterrand, 21716

[Verso :] Le 25/7/41. Ma bien-aimée chérie, l’été passe et nous sépare encore. Je regrette tant les beaux jours que nous pourrions avoir avec le soleil, l’eau et tout l’agrément des vacances. Ma jolie chérie, comme nous serions bien ensemble. Comme tu dois être belle, et moi je suis seul, et je souffre de ton absence et de tes doutes. Pourtant je ne perds pas espoir. Nous nous marierons peut-être avant mon anniversaire [le 26 octobre], et nous aurons eu auparavant le temps de nous réhabituer l’un à l’autre. C’est une question d’un peu de patience, le moment le plus dur aussi parce que la proximité de notre réunion me fait trouver chaque jour infiniment long. Ma ravissante, sois courageuse, résiste à tout ce qui pourrait nous faire mal. Songe que nous avons un magnifique amour à défendre, une vie d’idéal et d’entente à construire. Cela mérite bien de notre part un peu de gravité. Et je sais, mon tout petit Zou, que tu veux beaucoup, que tu veux un bonheur où rien ne serait laissé à l’écart. Je suis prêt maintenant à assumer cette tâche lourde et délicieuse, à te rendre heureuse. Ma femme chérie, imagines-tu ce que peut être la douceur d’un foyer où nous serons les seuls acteurs : tant d’heures à passer tous les deux, unis par notre tendresse, par notre désir, et notre accord de chaque instant. Et puis, quand tu voudras, nous nous pencherons l’un et l’autre sur un petit être né de nous. Ne vois-tu pas comme nous nous aimerons. Je t’aime. Tu as mis dans ma vie plus de beauté et plus de gravité. J’ai appris par toi à respecter les gestes les plus simples, à m’émerveiller du moindre abandon, à saisir le prix merveilleux des plus simples caresses. Je t’aime mon petit Zou, mon chéri chéri. Maintenant que tu vas être à moi, tiens bon à notre amour. Il te donnera la paix et la ferveur, et je t’assure mon Zou, que cette paix ne sera pas la monotonie. Il y a trop de passion en moi, trop de violence pour t’aimer, te combler de bien être, t’exalter de plaisir. Ma toute petite fille, tu es belle et je t’adore tant que tout moment qui nous divise est pour moi une souffrance. Aie confiance en nous. Pense, aux instants les plus difficiles, que notre amour doit vivre, et cela t’aidera à vaincre, à garder ton courage. Je t’aime, ma petite reine. Veille sur moi, je suis si faible moi aussi. Attends-moi, je te promets mille baisers, et mes caresses d’autrefois, et beaucoup plus puisque c’est tout mon être que je te donne. Ma pêche chérie, te savoir si belle et ne pouvoir t’aimer comme je le désire, quel tourment. Mais je t’aime. Je compte sur toi pour toute la vie, et je t’embrasse.

François