Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
2000 - 3000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

“TU ES MA FEMME D’ÉLECTION”

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

2 pp. in-8 (272 x 148 mm), encre bleue et crayon, lettre à en-tête du “Kriegsgefangenenpost”, cachet du Stalag, cachet de la poste

CONTENU : 

[Suscription :] Mademoiselle Marie-Louise Terrasse, Paris, 5 avenue d’Orléans 5, XIV, Seine, France. [Expéditeur :] François Mitterrand, 21716

[Verso :] Le 19 sept. 41. Mon amour chéri, pourquoi, ce soir, ai-je tant envie de t’écrire ? Pourquoi, sans relâche, ai-je devant moi ton visage de tendresse comme si tout ce qui est venu depuis n’avait jamais existé ? Je pense à toi parfois avec révolte, mais je sais bien que vouloir t’aimer moins, c’est une manière de t’aimer toujours. C’est vrai, tu m’as fait tant de mal. Mais où est le mal, où est le bien ? J’en arrive à considérer la vie comme une fantaisie terrible où tout devient possible. Et je ne veux pas bouder la vie. Mais pourquoi ne puis-je m’empêcher de la voir seulement sous ton beau visage d’amour ? Les années pourront passer, toi, tu resteras, ma bien-aimée. Et crois-tu que tu pourras te détacher de moi ? Tu sais bien qu’il y a entre nous trop d’espoirs, trop de caresses inachevées, et qu’un jour, tout s’accomplira. Je t’aime. Après tout, pourquoi irais-tu loin de moi ? Souvent, je me sens très fort. Il y a, j’en suis sûr, ma marque en toi dont tu ne pourras jamais te défaire. Toi, ma bien-aimée, tu es ma femme d’élection. Celles du passé, peut-être celles de l’avenir, comment seraient-elles autre chose que des copies ? Aucun être ne sera jamais plus proche de moi que toi, et qui plus que moi sera lié à toi ? Comme j’ai dû mal t’aimer pourtant puisque tu n’oses même plus me dire que tu m’aimes. Mais aussi, tout a été contre nous. Si tu crois, ma chérie, prie ardemment pour nous deux. J’en suis incapable. Quoi qu’il arrive, ne me sépare jamais tout à fait de tes prières. Je te jure que souvent, il me semble que c’est toi qui portes le poids de mon âme. Ma chérie chérie, tu le devines, je ne veux ni de ton amitié, ni de ta tendresse si elle est différente de l’amour. Laisse moi te dire que tu es tout pour moi. Je ne pourrais aimer une autre femme autant que toi que j’adore, et que j’embrasse comme je sais bien qu’il en sera ainsi un jour.

François