Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
400 - 600 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MITTERRAND, François

Lettre autographe signée “Fatoune” à Marie-Louise Terrasse, dite Catherine Langeais

04 July 2022

PREMIÈRE LETTRE DE FRANÇOIS MITTERRAND SIGNÉE “FATOUNE”, PSEUDONYME QU’IL UTILISERA DANS LA SUITE DE CETTE CORRESPONDANCE.

IL EST TOUJOURS SANS AUCUNE NOUVELLE D’ELLE.

“TU SERAIS SÛREMENT EFFRAYÉE PAR LA FOLIE DE MON AMOUR”.

LES PLEINS POUVOIRS ONT ÉTÉ VOTÉS À PÉTAIN LE 10 JUILLET

LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE

4 pp. in-8 (177 x 135mm), encre bleue

CONTENU : 

Le 11 juillet 1940

Mon tout petit zou chéri, depuis que les trains sont bloqués, je ne sais si les quelques lettres que je t’ai écrites te sont parvenues. Et moi, je vis dans l’ignorance absolue de ce que tu deviens. C’est vraiment dur ! Mais je t’aime tant que les jours pourraient être deux fois plus longs sans que mon amour t’oublie une minute. Et toi, mon amour, ma chérie chérie, le beau soleil, et la liberté ont-ils effacé complètement de ta mémoire celui qui t’adore ? Je t’imagine, ma petite déesse, si jolie, brunie, et si désirable qu’il doit être difficile à ceux qui t’entourent de ne pas t’avouer que tu es sans conteste la plus merveilleuse de toutes les femmes du monde. Comme je suis jaloux d’eux, comme j’aimerais te voir, te caresser, te dire tout ce que mon cœur contient. Et depuis si longtemps j’ai dû taire ma tendresse que tu serais sûrement effrayée par la folie de mon amour et de mon désir de t’aimer. Quand je recevrai une lettre de toi, j’espère bien que tu ne me diras pas une seule parole raisonnable, que tu m’attends sans patience, et qu’à mon retour rien ne pourra retarder notre union. Les événements n’y peuvent rien. Je t’adore ma petite femme chérie et si le reste compte, rien ne passe tout de même avant notre amour à nous. Tu sais ce que nous avons décidé : plus rien ne nous sera personnel, nous souffrirons ou nous jouirons de tout ensemble. Mon amour chéri, comme je suis fou d’impatience à la pensée que les jours passent et nous volent des parcelles de notre bonheur. Quelles nouvelles te donner ? Les miennes sont sans intérêt. À propos : j’ai reçu un mot de François Mitterrand que tu connais bien. Il est à l’hôpital de Lunéville ! Blessé le 14, il a été pris à l’hôpital de Bruyères, le 21, et amené dans notre ville. Il ne va pas tarder à en sortir pour aller dans un camp de concentration, sitôt complètement guéri. Il a bon moral, quoique lui aussi extrêmement impatient de retrouver ceux (surtout Celle) qu’il aime.

Chérie mon amour, écris-moi des nouvelles de tous, ta famille, la mienne, nos amis et plusieurs fois car par mal de lettres se perdent, forcément. Mon tout petit Buju, je rêve souvent à de doux moments vécus il y a un peu plus de quatre mois. Mais nous les revivrons bientôt, j’en suis persuadé ! Je t’aime, sache cela avant tout. Je t’aime infiniment, comme toujours. Mon amour, j’embrasse tout ce que j’aime en toi. Tant pis pour toi : j’aime tout ce que tu es ! Alors, tu vois que mes caresses t’aiment comme autrefois, ma merveille chérie, et t’aimeront mieux encore.

Je t’envoie mes plus tendres baisers. Mais il n’y a pas “de plus tendres” ; tous sont tellement lourds de ma tendresse infinie. Je t’adore, mon petit Zou et mes journées sont supportables seulement par les merveilleuses joies qui nous attendent. Je t’aime et j’embrasse tes yeux, je prends tes lèvres, ma “place réservée”.

Fatoune

Affection à tous ceux qui t’entourent. Mon amour, je t’adore.