Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
12000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
TALLEYRAND-PÉRIGORD, Charles-Maurice, et Thomas-Pierre-Antoine de BOISGELIN de

Rapport de l'Agence contenant les principales affaires du Clergé depuis 1780 jusqu'en 1785

Paris, François Ambroise Didot l’Aîné, 1788

TRÈS BEL EXEMPLAIRE EN MAROQUIN ROUGE RELIÉ AUX ARMES DU DUC D’ORLÉANS.

LA BRILLANTE ANALYSE DES FINANCES DU CLERGÉ DE FRANCE PAR LE DIABLE BOITEUX, À LA VEILLE DE LA RÉVOLUTION.

TALLEYRAND APPARTENAIT AU CERCLE DES PROCHES DU DUC D’ORLÉANS OÙ BRILLAIENT LE DUC DE LAUZUN, LES ÉCRIVAINS LACLOS ET CHAMFORT.

SUPERBE CONDITION BIBLIOPHILIQUE

ÉDITION ORIGINALE

In-folio (392 x 250mm)
Imprimé sur papier fin. Vignette gravée sur la page de titre
COLLATION : π2 A-Z 2A-T42S2 ; A-Z 2A-Z 3A-Z 4A-F42G2  : 324-DLXXXVI-17 p.
CONTENU : A1r Rapport de l’Agence…  ; 2A1r Pièces justificatives du rapport de l’Agence, 4E2r Table des pièces justificatives

RELIURE DE L’ÉPOQUE. Maroquin rouge, décor doré, armes au centre des plats, encadrement d’un triple filet, dos à nerfs très orné, tranches dorées
PROVENANCE : Louis-Philippe duc d’Orléans, dit Philippe-Égalité (1747-1793)

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord fut Agent général du clergé de France de mai 1780 à septembre 1785. C'est son premier emploi public d'importance, aux côtés de l'autre Agent général, le dissolu abbé de Boisgelin - qui laissa toute latitude d'action au jeune abbé de Périgord. Comme l'écrit Emmanuel de Waresquiel : "les agents portent tout le poids de la hiérarchie ecclésiastique. Ils sont, pour ainsi dire, les dépositaires du juridique et du temporel du clergé de France" (Talleyrand, Le Prince immobile, Paris, 2003, p. 67). Ce poste d'Agent général, véritable ministre du contentieux du premier ordre du royaume, fut déterminant pour la longue carrière de Talleyrand. Il procura 100.000 livres au futur promoteur de la vente des biens du clergé, lui ouvrit la voie vers un trône épiscopal, et surtout le familiarisa avec les mécanismes de la finance et des juridictions de l'Ancien Régime. Talleyrand acquit ainsi une grande réputation non seulement dans le Clergé mais aussi comme maître d’une finance de haute volée qui le conduisit jusqu’à l’aliénation des biens de l’Église le 10 octobre 1789… pour éviter leur confiscation : “ses cinq années d’Agence ont fait de lui l’homme le mieux informé des affaires du clergé, de ses revenus et de son patrimoine. L’expérience est précieuse et le placera tout naturellement sur le devant de la scène lorsque surviendra la Révolution” (Talleyrand. Le Prince immobile, p. 73).

Ce livre a été relié pour Louis-Philippe d’Orléans (1747-1793), le fameux Philippe-Égalité dont Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord était intime. Il était chevalier du Saint-Esprit depuis 1762 et devint duc d’Orléans à la mort de son père en 1785. Talleyrand, avec le duc de Lauzun et Choderlos de Laclos, appartenait au proche entourage de ce :

“viveur neurasthénique (…) Même s’il est difficile de savoir avec certitude si Talleyrand a été l’un de ses compagnons de débauche, s’il était par exemple invité à sa maison de la rue Blanche où venaient des filles entretenues, au moins a-t-il partagé deux de ses maîtresses, Félicité de Genlis et la comtesse de Buffon (…) Il est son hôte régulier au Palais-Royal comme à sa maison de la barrière de Monceau. C’est là qu’il prend le jeu en passion et qu’il y trouve une partie de ses amis : des Anglais que l’on croisera plus tard, et aussi Narbonne, Liancourt, Arthur Dillon, Mirabeau, Chamfort, Laclos et surtout Lauzun.” (op. cit., pp. 81-82).

Le Rapport de l'Agence contenant les principales affaires du Clergé est un livre rare que l’on rencontre en mauvaise condition dans des reliures de veau abîmées. S’il est fréquent dans les bibliothèques publiques françaises, on n’en connaît que peu d’exemplaires à l’étranger : un à la British Library et un seul aux États-Unis selon WorldCat (Mount Holyoke College, Ma.). Ce texte manque ainsi à de très nombreuses bibliothèques universitaires américaines, comme Harvard, Yale ou Princeton. Il manque aussi à la Huntington, à la Pierpont Morgan, à la New York Public Library, à la Newberry. Il manque enfin à Bibliothèque du Congrès comme à la John Carter Brown Library qui possède pourtant une intéressante collection sur le Diable boiteux.

BIBLIOGRAPHIE : 

manquait à la collection de Nicholas Barker, Tallleyrand. A collection, Hünersdorff Catalog 22 -- Emmanuel de Waresquiel, Talleyrand. Le Prince immobile, Paris, 2003