-10% pour tout achat sur le site
400 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
MORÉAS, Jean

Esquisses et souvenirs

Paris, Mercure de France, 1908

ENVOI À HENRI DE RÉGNIER

ÉDITION ORIGINALE

In-12 (185 x 117 mm)
COLLATION : 347 pp.
TIRAGE : exemplaire sur papier ordinaire, numéroté 895, portant le poinçon “M. F.” du service de presse
ENVOI autographe signé :
À
Henri de Régnier
son admirateur
Jean Moréas

RELIURE : dos à la bradel de papier rose ciré, plats de papier noir, couverture et dos conservés, non rogné

Henri de Régnier (1864-1936) n’a jamais caché l’influence de son aîné Jean Moréas (1856-1910) sur sa poésie. Deux ans après la mort de Moréas, Régnier, alors devenu académicien, consacra une chronique à la publication posthume des Réflexions sur quelques poètes (1912) : “Le désintérêt où il nous tenait était si franc, si naturel, si naïf, que l’on ne pouvait vraiment pas lui en vouloir. On lui passait cette négation de tant de talent parce qu’il en avait lui-même beaucoup.” L’article se termine par une remarque de Moréas à son encontre : “Régnier imite mes stances, mais ce n’est pas cela du tout”.

RÉFÉRENCE : N. Ducimetière, “Un fils d’Homère à Paris : Jean Moréas”, Mélanges tirés d’une petite bibliothèque, 2018, en ligne : https://mabiblio.hypotheses.org/1887#_ftnref20

Dos passé, coiffe de tête abîmée