-10% pour tout achat sur le site
1800 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
LAURIS, Georges de

Ginette Chatenay. Roman

Paris, Bernard Grasset, 1910

LE MONDE DE PROUST.

LE ROMAN DE L’UN DES PREMIERS LECTEURS DE PROUST : GEORGES DE LAURIS FUT EN EFFET L’UN DES PREMIERS À LIRE LE MANUSCRIT DE COMBRAY.

EXEMPLAIRE DE TÊTE SUR JAPON, L’UN DES TROIS, AVEC UN ENVOI À LOUIS BRUN.

RARE

ÉDITION ORIGINALE

In-8 (185 x 140mm)
TIRAGE : l’un des trois exemplaires de TÊTE sur japon, celui-ci numéroté 3 et “tiré spécialement pour M. Louis Brun”, selon une formule imprimée à la justification

ENVOI autographe signé : à Monsieur Louis Brun, avec la sympathie reconnaissante de l’auteur (…) le 27 avril 1910

RELIURE DE L’ÉPOQUE. Dos de maroquin violet à coins, plats de papier marbré, tête dorée, grands témoins conservés, couverture et dos conservés
PROVENANCE : Louis Brun
RARETÉ : aucun prix pour cette édition originale sur les différents sites de référence, qu’ils soient de vente aux enchères ou de librairies

Dos légèrement fané

Ce roman de Georges de Lauris (1876-1963), Ginette Chatenay fut publié chez Grasset le 24 avril 1910, soit trois jours avant la date inscrite dans l’envoi au fameux directeur de Grasset Louis Brun. Il est aujourd’hui connu pour être un des premiers livres à faire allusion à Proust L’héroïne, Ginette, y lit la nuit des poèmes extraits des Plaisirs et les Jours :

“Déshabillée, elle se glissa dans le lit frais (…) puis elle prit le livre qu’elle avait posé sur la table voisine, sous la lampe, c’était les Plaisirs et les jours de Marcel Proust.”

Georges de Lauris, ami de Bertrand de Fénelon, prêta certains de ses traits à Saint-Loup dans la Recherche. Lauris et Proust furent tous deux publiés par Grasset, à un an d’écart, et Louis Brun reçut de chacun un exemplaire sur japon avec envoi. En décembre 1909, Marcel Proust avait “fait porter ses trois premiers cahiers, qui sont lus avec enthousiasme par ce premier lecteur de Combray” (Dictionnaire Marcel Proust).

BIBLIOGRAPHIE : 

Dictionnaire Marcel Proust, pp. 555-556, art. sur Georges de Lauris