-10% pour tout achat sur le site
4500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
CÉLINE, Louis-Ferdinand

Guignol’s band, Le Pont de Londres, Normance

Paris, Éditions Denoël, 1944

BELLE RÉUNION DE TROIS ROMANS DE LOUIS-FERDINAND CÉLINE DANS DES RELIURES UNIFORMES

ÉDITION ORIGINALE

3 volumes in-12 (182 x 120mm) en tout
TIRAGE : un des exemplaires sur Alfa, troisième papier, celui-ci numéroté 99. ILLUSTRATION : 1 frontispice dépliant

[Avec] Du même, Normance. Paris, Nouvelle Revue française, 1954. ÉDITION ORIGINALE. In-8 (162 x 142mm). TIRAGE : un des 155 exemplaires sur vélin pur fil Lafuma, deuxième papier, celui-ci numéroté 69.
[Avec] Du même, Le Pont de Londres. Guignol’s band II. Paris, Éditions Gallimard, 1964. Première édition. In-8 (210 x 144mm). TIRAGE : un des 106 exemplaires sur vélin pur fil Lafumma, deuxième papier, celui-ci numéroté 131.

RELIURES UNIFORMES. Demi chagrin rouge à bande, plats de balsa, dos à nerfs avec titraison dorée, couverture et dos conservés, tranches supérieures dorées

Guignol’s Band est composé de deux parties, la première éponyme et la seconde, posthume, intitulée Le Pont de Londres. Guignol’s band II. Louis-Ferdinand Céline (1884-1961) recrute tous les personnages de son roman parmi les rebuts de la société, formant une bande de guignols. La violence des premiers textes de l’auteur du Voyage au bout de la nuit est plus formalisée, plus stylisée car les protagonistes piétinent allègrement et naturellement les valeurs communes et la loi. Ce sont les prostituées, les clochards qui forment le devant la scène et le protagoniste, Ferdinand, n’est qu’un plus qu’un spectateur de la société.

Normance relate les bombardement des Forces alliées sur la capitale, notamment la butte Montmartre, en juin 1944, vus depuis l’appartement du narrateur, rue Girardon.

WEBOGRAPHIE : 

article de Guignol’s band dans Encyclopaedia Universalis rédigé par Philippe Dulac