-10% pour tout achat sur le site
4000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
DURAS, Marguerite

Le Square

Paris, Gallimard, 1955

TRÈS RARE EXEMPLAIRE SUR GRAND PAPIER. BROCHÉ, NON COUPÉ, TEL QUE PARU

ÉDITION ORIGINALE

In-12 (185 x 116mm)
TIRAGE unique sur grand papier à 25 exemplaires sur Lafuma Navarre, celui-ci marqué B, un des 5 hors-commerce
BROCHÉ, non coupé

Ce court roman est entièrement fait d’un dialogue entre un homme et une jeune femme, assis sur un banc, dans un square : “elle, elle surveille les enfants d’une autre. Lui est à peine un voyageur de commerce qui vend sur les marchés de ces petits objets qu’on oublie si souvent d’acheter. Ils sont tous les deux dans un exil extraordinaire à regarder se faire et se défaire le temps” (Duras, in L’Express, 14 septembre 1956).

On qualifia ce roman de pièce de théâtre dissimulée ou de dialogue romanesque tant tout est dialogue dans ce texte, hormis quelques phrases narratives qui semblent des didascalies. Marguerite Duras déclara justement avoir voulu toucher une limite entre deux genres littéraires :

“ai-je voulu faire une pièce de théâtre en écrivant Le Square  ? Non. Je n’ai voulu faire ni une pièce de théâtre ni, à vrai dire, un roman”. Si “roman” figure sous le titre du livre, c’est par étourderie de ma part, j’ai oublié de signaler qu’il fallait l’oublier” (ibid.)

Le square est un lieu intermédiaire : à la fois clos et ouvert à tous, en retrait et au cœur de la ville, familier et anonyme. Cette zone où l’un et son contraire coexistent laisse assez d’espace pour un dialogue. Marguerite Duras interroge, dans Le Square, les possibilités d’un dialogue véritable, celui qui ordinairement ne “se dialogue pas” où s’exprime le “malheur innocent”, ressenti et qui ne se dit pas. Ce texte fut l’objet d’une étude importante de Maurice Blanchot sur “la chance et la douleur d’un dialogue véritable”, celle de “parler avec quelqu’un, et non plus parler à quelqu’un” (Maurice Blanchot).

BIBLIOGRAPHIE : 

Marguerite Duras, Œuvres complètes I, Paris, 2011 -- Maurice Blanchot, “La Douleur du dialogue” in Le Livre à venir, Paris, 1959