Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
Vendu
Rechercher / Vendre ce livre
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
LABÉ, Louise

Euvres de Louïze Labé Lionnoize

Lyon, Jean de Tournes, 1555

L’UN DES PLUS GRANDS TEXTES DE LA POÉSIE FRANÇAISE.

UNE ÉDITION ORIGINALE “EXTRAORDINAIREMENT RARE” SELON JACQUES-CHARLES BRUNET. CETTE ÉTUDE MONTRE QUE LA DEUXIÈME ÉDITION (1556), LOIN D’ÊTRE UNE SIMPLE RÉPLIQUE, A ÉTÉ RECOMPOSÉE ET DIFFÈRE GRANDEMENT DE L’ÉDITION ORIGINALE

SEUL EXEMPLAIRE CONNU AUJOURD’HUI À ÊTRE CONSERVÉ DANS SA TRÈS FRAÎCHE RELIURE ORIGINELLE DE PARCHEMIN

ÉDITION ORIGINALE

In-8 (167 x 105mm)
Grand encadrement de rinceaux gravé sur bois et imprimé autour du titre, fleuron gravé sur bois. Bandeaux, fleurons et initiales de différentes dimensions gravés sur bois. Caractères romains et italiques

COLLATION : 

a-l8 : 88 feuillets, a2r-l7r paginés 3-173


CONTENU : a1r : titre, a2r : épître dédicatoire A.M.C.D.B.L. [à Mademoiselle Clémence de Bourges Lionnaise] datée et signée “De Lion ce 24 juillet 1555”, a4v : grand fleuron en losange, a5r : Débat de folie et d’amour, par Louïze Labé Lionnoize qui se compose de cinq Discours imprimés en lettres rondes, g2v Élegies (au nombre de trois), g8v : Sonnets (au nombre de vingt-quatre), h6v : Aus poëtes de Louïze Labé, h7r : Escriz de divers Poëtes, à la louenge de Louïze Labé Lionnoize avec le premier poème imprimé en caractères grecs, l7v : errata de quatre lignes avec au bas la mention “Achevé d’imprimer ce 12. Aoust M. D. LV.”, l8r : Privilège sur deux pages “donné à Fonteinebleau le XIII iour de Mars, Lan de grace mile cinq cens cinquantequatre”

ANNOTATION : CORRECTIONS MANUSCRITES, à l’encre brune, portées sur les fautes mentionnées par l’errata : p. 33, “Amour se pleint” corrigé en “plait” avec ajout de “ait”, p. 67 : “fay” est corrigé en “fait” par un autre ajout, p. 102 : “Tans ses voisins” corrigé en “Tous ses voisins” par jout de “ous”, p. 141 : “il nous faut acquitter” corrigé en “il nous faut ores acquitter” par ajout de “ores”

ANNOTATIONS MARGINALES : l’épître dédicatoire et le Débat de folie et d’amour ont été lus par un lecteur contemporain, on repère de fréquents soulignements à l’encre et la mention, à l’encre, “le plesir des letres” portée en tête de quelques phrases traitant du loisir des Lettres (le fameux otium romain) : “[la récréation] de l’estude laisse un contentement de soy, qui nous demeure plus longuement” (p. 5) et ailleurs, de la même main, le mot “Musique” à la p. 53



RELIURE STRICTEMENT DE L’ÉPOQUE. Vélin souple, passants, traces d’attaches, défaits de parchemin

PROVENANCE : 

“Ex libr. Reynaud cab[inet] inf[érieur ?]” OU CAT. INS, signature ex-libris manuscrite -- vente de Lyon, expert Colliard, chez Genin-Griffe-Leseuil, 27 octobre 1983, 291.000FF avec les frais, acquis par Pierre Berès -- Librairie Pierre Berès, cat. Des Valois à Henri IV, 1995, n° 173, 675.000FF, acquis par Pierre Bergé -- Pierre Bergé (ex-libris ; cat. I, 11 décembre 2015, n° 14, € 535.000 avec les frais)


BIBLIOGRAPHIE : 

J.-C. Brunet, Manuel du libraire, III, col. 708-709 -- A. Cartier, Bibliographie des éditions des de Tournes, imprimeurs lyonnais, II, n° 302, pp. 390-391 -- A. Tchemerzine, Bibliographie des éditions originales et rares d'auteurs français, III, pp. 781-782 -- Louise Labé, Œuvres complètes, éd. F. Rigolot, Paris, 2004, pp. 205-213 -- Louise Labé, Œuvres poétiques, éd. F. Charpentier, Paris, 2006 -- M. Huchon, Louise Labé. Une créature de papier, Genève, 2006 -- M. Lazard, Louise Labé, Paris, 2004 -- Dorothy O’Connor, Louise Labé. Sa vie et son oeuvre, Paris, 1926 -- G. Tricou, “Louise Labé et sa famille”, Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, V, 1944 -- N. Catach, L’Orthographe française à l’époque de la Renaissance, Genève, 1968 -- F. Rigolot, “Louise Labé et la redécouverte de Sappho”, Nouvelle Revue du seizième siècle, n° 1, 1983 -- R. Aulotte, “Sur quelques traductions d’une ode de Sapho au XVIe siècle”, Bulletin de l’Association Guillaume Budé, Lettres d’humanité, n° 17, déc. 1958, pp. 107-122 -- T. Vigliano, “Note sur l’ode grecque à Louise Labé”, Réforme, Humanisme, Renaissance, 2012, n° 1, pp. 191-197