Libraire-expert de livres et manuscrits anciens
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
LEOPARDI, Giacomo

Poésies et œuvres morales... Première traduction complète précédée d'un Essai sur Leopardi par F. A. Aulard, Professeur à la Faculté des Lettres de Poitiers

Paris, Alphonse Lemerre, 1880

JOLI EXEMPLAIRE DE LEOPARDI EN FRANÇAIS DANS UNE RELIURE AU CHIFFRE DE ROGER DE CORMENIN

Première édition de la première grande traduction des Œuvres de Leopardi


3 volumes in-12 (158 x 95mm). Titres imprimés en rouge et noir, marque typographique sur les pages de titre, bandeaux et initiales gravées

ILLUSTRATION : portrait du poète gravé par Martinez



RELIURES DE L’ÉPOQUE. Dos de maroquin vert, plats de papier marbré dans les tons vert, dos à nerfs à décor doré, chiffre dans les entre-nerfs, têtes dorées

PROVENANCE : 

Roger de La Haye de Cormenin (1854-1918), relié à son chiffre, fils de Louis de Cormenin (1821-1866), ami intime de Flaubert et fondateur de la Revue de Paris dans laquelle fut publiée Madame Bovary


Alphonse Aulard (1849-1928) est l’un des historiens et universitaires les plus réputés de la IIIe République et l’un des fondateurs de la Ligue des Droits de l’homme en 1898. Aulard se spécialisa dans l’histoire de la Révolution française. Il eut Albert Mathiez comme élève. Reçu à l'agrégation de lettres en 1871, il obtint son doctorat ès lettres en 1877, avec une thèse en latin sur Caius Asinius Pollio et l’autre en français intitulée Essai sur les idées philosophiques et l'inspiration poétique de Leopardi, dont il traduisit ensuite les œuvres en français. Aulard publia en 1877 les Œuvres inédites de Leopardi, ébauches de poésies, pensées, lettres à M. de Sinner (Paris, E. Thomas, 1877). Puis Auguste Dapples traduisit les Opuscules et pensées (Paris, G. Baillière, 1880). Enfin, Aulard publia chez Lemerre en 1880 la totalité des Poésies et œuvres morales du grand poète italien que les lecteurs français pouvaient désormais découvrir. Manquait bien sûr le célèbre Zibaldone publié pour la première fois partiellement en italien en 1898 et traduit en français en 2003 par Bertrand Schefer.