-10% pour tout achat sur le site
18 000 €/$20,000
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
LA CONDAMINE, Charles-Marie de

Mesure des trois premiers degrés du méridien dans l'hémisphère austral. Tirée des Observations de Mrs de l'Académie Royale des Sciences, envoyés par le Roi sous l'Équateur

Paris, Imprimerie royale, 1751

IMPORTANT OUVRAGE SCIENTIFIQUE QUI PERMIT DE FIXER LA FORME DE LA TERRE ET PREMIER PAS D’UNE NOUVELLE MESURE : LE FUTUR MÈTRE.

SUPERBE EXEMPLAIRE EN MAROQUIN À DENTELLE AUX ARMES DU COMTE DE MAILLEBOIS, MEMBRE DE L’ACADÉMIE DES SCIENCES.

ÉDITION ORIGINALE

In-4 (255 x 195mm). Vignette au globe terrestre d’après Goussier gravée par Brunet et imprimée sur la page de titre. Un autre grand bandeau gravé représentant une scène de prise de mesure
Titre, avertissement et errat, 4 ff. de table, 266 p., X pp de table, VIII p. pour le Nouveau projet d’une mesure invariable propre à devenir universelle… qui fut le mètre
ILLUSTRATION : une planche gravée imprimée sur double page représentant le profil de la première base à Yarouqui près de Quito et celle de la seconde à Tarqui près de Cuenca, une grande planche dépliante de la Carte de la Méridienne de Quito et de la Coupe du Terrein de la Méridienne, une troisième planche d’arpès Brunet représente l’instrument de mesure de La Condamine
RELIURE DE L’ÉPOQUE ATTRIBUABLE À DERÔME AVEC LE FER À L’OISEAU. Maroquin rouge, grand décor doré et armes au centre des plats, grande dentelle avec le fer à l’oiseau, multiples rinceaux, fers de coquillages et d’épis, dos à nerfs très orné, tranches dorées
PROVENANCE : Marie-Yves Desmarets, comte de Maillebois (1682-1762 ; Olivier-Hermal-de Rotton fer 1373), fils du maréchal de France, petit-fils du Contrôleur général des Finances ami et voisin de Saint-Simon, chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1757 -- marquis Hubert de Ganay (ex-libris : Paris, 26 novembre 2019, n° 73)

Charles-Marie de La Condamine (1701-1774) entama d’abord une carrière militaire dont il se lassa, et se passionna ensuite pour les sciences, entreprenant divers voyages. L’Académie des Sciences retint sa candidature pour effectuer un voyage à fins scientifiques au Pérou. Il partit ainsi en 1736 et œuvra dix ans dans cette contrée avec trois autres compagnons, Godin, Bouguer et Joseph de Jussieu. Ils étudièrent le renflement de la terre à l’équateur relativement aux pôles, mesurèrent ainsi l’arc du méridien, et observèrent l’attraction exercée par la masse des montagnes, ce qui permit l’extension de la loi de l’attraction universelle.

La Condamine was co-operating with another mission sent to Lapland, and led by Maupertuis, Clairaut and Celsius, to measure the meridian near the north pole. These two missions first established the correctness of Newton’s view of earth having the shape of an ellipsoid - a fact previously much doubted as the result of a faulty meridian measurement by Cassini and Picard.

L'expédition de La Condamine se déroule dans un climat difficile au cœur de la cordillère des Andes, entre les villes de Quito (actuellement capitale de l'Équateur) et de Cuenca. Les Espagnols qui dirigent le pays sont assez hostiles à cette “compagnie de Français”, venue observer et mesurer leur nouvelle colonie. La Condamine, par son sens de l'organisation et des contacts humains, sauve du désastre l'expédition française qui, après bien des péripéties, obtient la mesure de trois degrés du méridien de Quito. On pensa longtemps que les résultats produits par les instruments et les conditions de mesure de l'époque restaient chargés d’incertitudes, mais « Plus de deux cents ans plus tard, les géodésiens constateraient que leurs mesures étaient d’une étonnante exactitude, largement supérieure à celles que Maupertuis avait effectuées en Laponie.”

C’est au cours de ce long périple que La Condamine aura aussi “l’idée d’utiliser la “longueur d’un pendule à secondes à l’équateur, à l’altitude de Quito” comme “mesure naturelle” [… ] définie par l’attraction gravitationnelle de la Terre plutôt que d’une mesure arbitraire comme le pied d’un roi qui fournirait un instrument normalisé à l’usage de toutes les nations”. Il anticipe ainsi sur ce qui, cinquante an plus tard, allait inspirer aux savants français l’invention du mètre.

“The expediton to Peru, encouraged by the minister Maurepas, had as its goal the verification of Newton’s hypothesis on the flattening of the terrestrial globe in the polar regions and, thereby, the resolution of the controversy regarding the form of the earth that was the dividing French scientists… The scientific results of the expedition was clear : the earth is indeed a spheroid flattened at the poles, as Newton maintained” (Dictionnary of scientific biography)

Après son grand voyage, La Condamine demeura à Paris, entouré de l’estime des savants européens et auteur d’une nombreuse correspondance. Il participa à l’aventure de l’Encyclopédie dont il fut l’un des auteurs.

Ce livre fut luxueusement relié pour Marie-Yves Desmarets, comte de Maillebois (1682-1762), fils du maréchal de France, petit-fils du Contrôleur général des Finances ami et voisin de Saint-Simon, chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1757. Il fut Maître de la Garde-Robe du Roi en 1736, Gouverneur de Douai en 1753 et avait été reçu membre honoraire de l’Académie des Sciences en 1749, d’où, sans doute, son intérêt pour cet ouvrage.

BIBLIOGRAPHIE : 

Dictionnary of scientific biography XV : 269-73 -- Borba de Moraes, p. 447 -- JCB 947 -- Norman 1250 -- Sabin 38483 -- Bosch 201 II