-10% pour tout achat sur le site
7 000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
PINEAU, Étienne Gabriel Hilaire

Mémoire sur le danger des Inhumations précipitées

Niort, Pierre Elies, 1776

ÉTONNANT EXEMPLAIRE DU GARDE DES SCEAUX, THOMAS HÜE, MARQUIS DE MIROMESNIL, RELIÉ POUR LUI ET ANNOTÉ PAR LUI SUR DEUX PAGES DE GARDES.

ÉCRIRE SUR LA MORT CLINIQUE : BIBLIOGRAPHIE AUTOGRAPHE PAR MIROMESNIL DES OUVRAGES TRAITANT DES “INHUMATIONS PRÉCIPITÉES”.

SUJET PRÉOCCUPANT UNE “POLICE DES INHUMATIONS” DÉBUTANTES, LE REMÈDE PRÉCONISÉ ÉTAIT L’ÉLECTRICITÉ

ÉDITION ORIGINALE

In-8 (194 x 125mm)
TIRAGE : exemplaire imprimé sur grand papier
COLLATION : 136 pp. 1 f. n. ch.
RELIURE DE L’ÉPOQUE. Maroquin rouge, décor doré, armes au centre des plats, triple filet en encadrement, dos lisse orné et doré, tranches dorées
PROVENANCE : Thomas Hue marquis de Miromesnil, Garde des sceaux [O. H. R., pl. 2311, n° 1]

ANNOTATIONS MANUSCRITES, AUTOGRAPHES ET SIGNÉES DE HÜE DE MIROMESNIL :
Première garde :
“Relié, 4 livres, HdM [signature de Hüe de Miromesnil]
V[oir]. L’Esprit des Journaux 1778, p. 315-320
V. pareillem[ent] le même journal juin 1788 où l’on rappelle un avis du Baron de Hupch qui prouve l’effet de l’électricité pour rappeler à la vie des personnes crues mortes
Lettre à l’auteur du journal de physique concernant un agent par lequel on peut s’assurer, sans un long délai, de la mort véritable des individus attaqués d’asphyxie. M. Changeux [Journal de physique, 1777, pp. 197-200]. Il s’agit d’employer l’électricité.
Indépendament du mémoire du docteur Pineau, médecin à Nirot en Poitou, il y a deux ouvrages encore sur la matière des inhumations précipitées : l’un de M. Winslow, l’autre de M. Bruhier
Il faut voir dans L’Esprit des journaux, avril 1786, p. 125-128 une lettre de M. Boucher d’Argis, conseiller au châtelet, sur les inhumations précipitées
IDem, même journal (…) Mémoire par M. Durande sur l’usage d’ensevelir les morts
V[oir] à la fin de ce livre
[Dernière garde :]
Il y a de M. [François] Thierry un ouvrage intéressant sur l’objet qu’on traite ici. Il est intitulé La Vie de l’Homme, respectée et défendue dans ses derniers moments, ou instructions sur les soins qu’on doit aux morts et à ceux qui paraissent l’être, sur les funérailles et les séparations, Paris, De Bure, 1787, in-8, pp. 229 non compris les préliminaires de 31 [pages]
On retrouve l’extrait dans L’Esprit des journaux, mars 1788, p. 180-201
Dans le même journal d’avril 1788, p. 371-376 on trouve une lettre de Genève sur Les Précautions que l’on prend avant d’enterrer les morts.
Dans L’Esprit des journaux 7bre 1789 p. 137-143 on trouve l’extrait de l’ouvrage ci-après : Nouvelle découverte d’une méthode peu coûteuse, efficace, et assurée, de traiter tous les citoyens décédés afin de rappeler à la vie ceux qui ne sont morts qu’en apparence publiée par J. G. C. A. Baron de Hupsch, Cologne, 1789 (… °
C’est d’employer l’électricité… V.[oir] les débuts
V. L’Esprit des journaux pour 1793, p. 369 et 370, Nouvel exemple du danger des inhumations précipitées

Jacques-Joseph de Gardanne (1726-1786), censeur royal, docteur régent des Facultés de Montpellier et de Paris, évoque dans son approbation (p. 134) l’angoisse d’être enterré vivant communément éprouvée au XVIIIe, tant en Angleterre que sur le continent. Cette préoccupation se retrouvait d’ailleurs dans de nombreux testaments. Il cite l’ouvrage anglais de Jacques Bénigne Winslow et son adaptation en français par Bruhier d’Ablaincourt (Dissertation sur l'incertitude des signes de la mort, et sur l'abus des enterremens & embaumemens précipités, Paris, Morel, 1742). Le remède à toute erreur est une décharge électrique, imagination facile d’un procédé efficace à l’âge de Franz Anton Mesmer.

Le privilège donné au docteur Pineau, en novembre 1775, requiert qu’il offre un exemplaire au chancelier de France (René-Nicolas de Maupeou jusqu’en 1790) et au Garde des Sceaux : Miromesnil. Nul doute qu’il s’agissait de cet exemplaire. L’analyse des très nombreuses notes portées à l’encre sur les deux gardes a confirmé leur caractère autographe. Elles forment un essai de bibliographie sur l’enterrement des morts vivants. En haut à gauche de la première page de note, l’ancien Garde des Sceaux a signé de ses initiales et donné le prix de la reliure.

WEBOGRAPHIE : 

pour un bel échantillon de l’écriture de Miromesnil, cf. https://www.ebay.fr/itm/294108698546 ?mkevt=1&mkcid=1&mkrid=709-53476-19255-0&campid=5338722076&toolid=10001