-10% pour tout achat sur le site
75 000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
CHORIS, Louis

Voyage pittoresque autour du monde, avec des portraits de sauvages d'Amérique, d'Asie, d'Afrique, et des îles du Grand Océan ; des paysages, des vues maritimes, et plusieurs objets d'histoire naturelle

Paris, Firmin-Didot, 1820-1822

UN DES PLUS BEAUX LIVRES DE VOYAGE JAMAIS PUBLIÉS SUR LE PACIFIQUE.

EXPÉDITION RUSSE DANS LE PACIFIQUE, AU TEMPS OÙ L’ALASKA À LA CALIFORNIE ÉTAIENT RUSSES.

REMARQUABLE EXEMPLAIRE, EN RELIURE DE L’ÉPOQUE, AUX PLANCHES D’UNE DÉLICIEUSE FRAÎCHEUR ET TRÈS GRANDES DE MARGES.

EXEMPLAIRE DE LA FAMILLE DES DUCS DE LÉVIS-MIREPOIX AU CHÂTEAU DE CHÈREPERRINE.

“A RUSSIAN AMERICANA”

ÉDITION ORIGINALE ILLUSTRÉE

In-folio (435 x 275mm)

COLLATION : première page de titre à la date de 1820 (1 f.), deuxième page de titre à la date de 1822 (1 f.), dédicace (1 f.), Introduction (3 ff.), 1-42, 51 (“Traversée de Cronstadt au Chili”), 11, 2-52 (“Kamtchatka”), 1-22, 31 (“Port San-Francisco”), 12 (“L’Ours gris”), 1-62 (“Iles Sandwich”), 1-52, 61 (“Iles Radak”), 1-72 (“Iles Aléoutiennes”), 1-52 (“Iles Mariannes”), 12 21 (“Notice”), “liste” des souscripteurs et “Avis au relieur” (2 ff.)

ÉTAT : planche VII “Danse des Femmes” de la partie “Iles Sandwich” avant l’ajout de l’arbre ; planche XI “Bateaux à voile” de la partie “Iles Radak” et planche VI “Crânes des habitants” de la partie “Iles Aléoutiennes”

Manquent deux feuillets de texte (ff. 2.1 et 2.2, “Iles Aléoutiennes”). Traces de déchirures restaurées, sans manque, aux feuillets de texte 1.1 et 1.2 de “Port San-Francisco”, 4.1 et 4.2 des “Iles Sandwich”, 1.1 et 5.1 des “Iles Radak”, restauration ancienne au feuillet 3.1 des “Iles Sandwich”. Petite déchirure restaurée à la planche VII, “Habitants de Californie”, sans manque et sans atteinte à l’image, petits renforts à la carte dépliante. Quelques épidermures à la reliure, charnières fatiguées, certains pages avec une légère oréole

Le Voyage pittoresque autour du monde fait partie des plus beaux livres jamais réalisés sur le Pacifique. Il fut ordonné par le tsar Alexandre Ier dans une volonté d’affirmation de la présence russe sur cette partie du territoire américain au statut encore indéfini. Les possessions russes sur la côte Ouest du continent nord-américain s’étendaient de l’Alaska et ses îles (où des colonies de trappeurs s’étaient établies après la découverte d’un passage par Vitus Béring, en 1741), à Fort Ross, au nord de San Francisco, en passant par les côtes de la Colombie-Britannique. Les Russes maintinrent leur présence californienne jusqu'en 1841. Quelques années plus tard, en 1867, la Russie vendit l’Alaska aux États-Unis, quittant définitivement le territoire américain.

Il faut ajouter à ces possessions russes dans le Pacifique, l’île de Kauai, au nord de l’archipel d’Hawaï (alors appelées “iles Sandwich”), pendant une courte période (1815-1817) qui correspond exactement à l’expédition à laquelle participa Louis Choris. Un traité de protection avait été établi par un entrepreneur russe, un certain docteur Schäffer, avec le roi d'Hawaï, Cammeamea, mais Alexandre Ier refusa de ratifier ce traité. Ces personnages et ces lieux ont été dessinés sur le vif par Louis Choris comme il le rappelle lui-même dans la préface de l’ouvrage :

“l’auteur de cet ouvrage était peintre de l’expédition : il avait fait dans ce voyage autour du monde, qui dura trois ans, une quantité de dessins, et d’esquisses ; les ayant montrés à Paris à plusieurs personnes distinguées dans les lettres et les arts, elles l’encouragèrent à les mettre en ordre et à les publier. Fort de leur suffrage, il entreprit ce travail, bien persuadé qu’il n’existe aucun livre de ce genre qui offre une si grande variété d’objets dessinés et surtout un recueil si nombreux de portraits des divers peuples qu’il a vus. Il s’était surtout attaché à rendre fidèlement les traits caractéristiques, la couleur, en un mot, la physionomie de ces peuples. L’auteur a traité d’abord de la Californie, pays encore peu connu ; il a passé ensuite aux îles Sandwich… archipel qui depuis quelques années a acquis une grande importance” (p. III).

Louis Choris (1795-1828), peintre ukrainien de souche allemande, embarqua donc à l’âge de vingt ans à bord du Rurick, sous les ordres du commandant russe Otto von Kotzebue. Le naturaliste d’origine française Adelbert von Chamisso les accompagna. L’expédition dura trois ans, de 1815 à 1818, et sillonna le Pacifique de long en large : l’île de Pâques, les îles Sandwich, San Francisco et la Californie, l’île Saint-Laurent dans la mer de Béring, les îles Aléoutiennes, le Kamtchatka, les îles Mariannes, les îles Philippines et un golfe d’Alaska qui sera baptisé du nom du chef de l’expédition, Kotzebue. Louis Choris, au retour de l’expédition, rejoignit Paris pour réaliser la relation de cette expédition. Il fit graver - ou grava lui-même -, et supervisa l’exécution de lithographies à partir de ses dessins. La France était alors maîtresse dans cette nouvelle manière de graver, et le meilleur éditeur était Firmin Didot. Le texte fut ajouté en accompagnement des lithographies, et non l’inverse. La position secondaire du texte par rapport aux images est rappelée dans la préface, Louis Choris, “voulant, d’après les conseils qui lui avaient été donnés, joindre à ses figures un texte dans lequel il retracerait brièvement les événements du voyage et s’attacherait principalement aux faits” (p. III).

L’importance de ces lithographies tient tant à leur sujet qu’à la qualité de leur réalisation. Elles montrent sous un angle ethnographique les croyances, les rites et l’organisation politique des peuples originels du Pacifique, leurs vêtements, leurs armes, leurs outils, comme leurs habitats et leurs embarcations, mais aussi leurs pratiques culinaires, leurs danses, leurs langues jusqu’à leur musique, gravée dans le texte. Douze planches concernent spécifiquement la Californie, dix-neuf l’archipel d’Hawaï (dont la première représentation de la ville d’Honolulu appelée “Hanarourou”) et vingt-trois décrivent l’Alaska :

“the lithographs are of all aspects of native life and culture. Choris’ book is considered to be one of the most beautiful books of travel in existence” (Hill).

La sensibilité du dessin et la fraîcheur des coloris réalisés par un jeune homme de vingt ans, confèrent un charme unique à cet ouvrage. Le Voyage pittoresque autour du monde, d’abord né d’une ambition politique, couronne, par la poésie des lithographies de Louis Choris, la présence russe dans le Pacifique et en Amérique, alors à son sommet dans la première moitié du XIXe siècle. Louis Choris mourut assassiné lors d’une nouvelle expédition, à Vera-Cruz, au Mexique, à l'âge de trente-trois ans.

Hill rappelle la grande rareté de cet ouvrage : “complete copies with all the plates colored are very rare” (ibid.). Les quelques exemplaires présentés à la vente depuis plus de trente ans n’ont jamais de marges aussi grandes et les planches sont très souvent piquées. Cet exemplaire-ci est remarquable par ses planches mais également sa reliure et sa provenance, parfaitement contemporaines. Les huit sections en vingt-deux livraisons furent vendues de 1820 à 1822. C’est pourquoi deux pages de titre sont requises, avec deux dates d’édition différentes. Toutes deux sont bien présentes dans cet exemplaire.

BIBLIOGRAPHIE : 

The Hill Collection of Pacific Voyages, San Diego, 1974, pp. 51-52 -- David W. Forbes, Hawaiian national bibliography 1780-1900, I, n° 541 (citant des variations dans les quatre planches suivantes : partie IV, pl. III ; partie, V, pl. II, III et XVI) -- exemplaire de Princeton, digitalisé : https://dpul.princeton.edu/pudl0017/catalog/zw12z9094