-10% pour tout achat sur le site
4500 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
LECHEVALIER, Jean-Baptiste

Voyage de La Troade, fait dans les années 1785 et 1786

Paris, Dentu, 1802

SUR LES TRACES DE TROIE ET DE L'ILIADE.

EXEMPLAIRE DU VICE-AMIRAL DENIS DECRÈS, MINISTRE DE LA MARINE DE NAPOLÉON

Troisième édition, considérablement augmentée 3 volumes in-8 (232 x 148mm) et un volume in-folio (357 x 264mm) de Recueil des cartes
ILLUSTRATION : 37 cartes et figures gravées en taille-douce par Galliou d'après Lechevalier
RELIURES UNIFORMES DE L'ÉPOQUE. Dos longs et ornés, en maroquin rouge, coins de vélin vert, plats de papier marbré, à toutes marges

Le désir de localiser Troie et le théâtre de l’Iliade est aussi ancien que l’existence des chants de Homère. La ville mythique fut localisée en divers endroits. Mais des recherches à caractère véritablement scientifiques sont entreprises à partir du XVIIIe siècle, à la suite du comte de Choiseul-Gouffier, ambassadeur de France à Constantinople de 1784 à 1793. Des savants, des ingénieurs, des hellénistes parcourent le pays un exemplaire de l'Iliade à la main et s'efforcent de reconnaître sur le terrain les indices géographiques donnés dans les vers de l'aède.

L'helléniste Jean-Baptiste Lechevalier (1752-1836), formé par Choiseul-Gouffier, est le premier voyageur du XVIIIe siècle à proposer non seulement une lecture de la plaine troyenne en accord avec les textes homériques, mais surtout un nouvel emplacement de la ville de Troie jugé convaincant par de nombreux savants. Cette interprétation devait prévaloir tout au long du XIXe siècle jusqu'à ce que Heinrich Schliemann fasse triompher la colline d'Hissarlik vers 1890, localisation qui n'a pas été remise en cause depuis, même si la question de la guerre de Troie reste toujours ouverte.

Cette édition, de l'avis même de l'auteur, est la meilleure :

"Dans les éditions précédentes, je passais rapidement de Venise à la côte d’Asie et je me bornais au simple tableau de la plaine de Troie. Celle-ci contiendra des observations sur des contrées que j’ai parcourues pour m’y rendre. Je décris, dans le premier volume, les principales îles du golfe Adriatique, la ville et les environs d’Athènes, et quelques îles de la mer Egée. On trouvera dans le second, la description de la plaine de Troye, augmentée des découvertes de plusieurs voyageurs qui ont visité après moi ce pays classique. Le troisième contiendra la traduction d’un ouvrage sur la Troade publié en Angleterre par M. Morritt".

Planche XV déreliée

BIBLIOGRAPHIE : 

Catherine Hofmann, "La Troade Homérique, ou comment et pour quoi concilier l'épopée, le terrain et la carte ?", in Eastern Mediterranean Cartographies, Institute for Neohellenic Research N.H.R.F., Tetradia Ergasias 25-26 (2004), p. 287-308