-10% pour tout achat sur le site
15000 €
Acheter
Estimation d'un livre ou d'un manuscrit
[CORTÉS, Hernán]. LOPEZ DE GOMARA, Francisco

Voyages et Conquestes du Capitaine Ferdinand Courtois, es Indes Occidentales. Histoire traduite de langue Espagnole, par Guillaume le Breton Nivernois

Paris, Abel l'Angelier, 1588

HISTOIRE DE LA CONQUÊTE DU MEXIQUE PAR CORTÉS. BEL EXEMPLAIRE

PREMIÈRE ET UNIQUE ÉDITION de la meilleure traduction française, par Guillaume Le Breton

In-8 (170 x 106mm)
Vignette gravée sur bois sur la page de titre, bandeaux, initiales et culs-de-lampe gravés sur bois
COLLATION : a A-Z aA-zZ 2A-F8 : 424 feuillets
CONTENU : a1r titre, a1v privilège, a2r dédicace à Monseigneur le Maistre, seigneur de Vaux, a4v Au Lecteur, a7r Eloge de Ferdinand Courtois, A1r Premier livre

RELIURE DU XIXe SIÈCLE. Maroquin vert bouteille, dos à nerfs orné, tranches dorées

Après des études à l'université d'Alcala, Francisco López de Gómara devint prêtre puis entra au service de Hernan Cortés. Il fut le chapelain et le secrétaire du conquistador dans les dernières années de celui-ci, et devint son historiographe officiel. Il eut alors accès à des informations de première main grâce aux nombreux voyageurs qui revenaient du Nouveau monde, tels Gonzalo de Tapia ou Bernal Diaz del Castillo. Il décrivit avec précision la colonisation européenne des Amériques dans son célèbre ouvrage, l’Historia general de las Indias : "cet ouvrage, extrêmement documenté, s'impose en 1552 comme l'un des écrits les plus complets sur le Nouveau Monde." (Matthieu Gerbault).

Le livre se diffusa dans les pays voisins et fut traduit en français et en italien. Mais le 17 novembre 1553, le Prince Philippe d'Espagne, futur Philippe II, confisqua par décret tous les exemplaires du livre et interdit sa réimpression. Cette interdiction ne sera levée qu'en 1727. On sait que Montaigne utilisa largement le texte de Gomara quand il rédigea son célèbre chapitre “Des Cannibales” (Essais, I, 31).

Ce texte a été en premier lieu traduit par Martin Fumée (1540-1601). Il procéda en deux temps ne publiant en 1568 que la première partie de la Historia general de las Indias. Il la compléta en 1584 par la traduction de la seconde partie (la Conquista de Mexico) non pas à partir du texte espagnol de Gómara mais à partir de la version italienne de Cravaliz. Sa traduction de la Conquista de Mexico s'éloignait ainsi considérablement du texte de départ.

Quatre ans après Martin Fumée, Guillaume Le Breton, seigneur de La Fon en Nivernais, publia une nouvelle version de la Conquista de Mexico. Il l'intitula Voyages et conquestes du capitaine Ferdinand Courtois, avec l’objectif de fournir un travail plus complet que celui de son prédécesseur. Contrairement à Fumée, qui se fondait sur une version italienne, Le Breton utilisa un texte espagnol. Il faisait partie de cercles littéraires bien informés gravitant autour du grand éditeur parisien Abel L'Angelier. Sa version est très différente de celle de Fumée. Plus complet que le premier traducteur, Le Breton est également plus respectueux du texte de Gómara. Il intensifie ses scènes de bataille et dramatise son récit historique pour mieux mettre en valeur les prouesses des conquistadors. Cette traduction de Gómara, la meilleure, est très rare et ne fut pas réimprimée.

BIBLIOGRAPHIE : 

Hill, p. 125 -- John Carter Brown Library, cote 1.1.314 -- Medina 86 -- Palau 63229 -- Sabin 27750 : "This translation of the Second Part of Gomara is very rare" -- Leclerc (1878) n° 249 : "traduction fort rare… et la seule édition qui en ait été fait" -- Wagner, Spanish Southwest, 211 : "It is an extremely scarce edition and evidently was not reissued" -- Mathieu Gerbault, Lopez de Gomara dans les controverses sur le Nouveau Monde : les traductions françaises de la Historia general de la Indias y conquista de Mexico (Thèse de l'Ecole des Chartes, 2003)